IUF logo.

Beerworkers Archive


Post date: 01/07/2011 - 16:01

Molson et Labatt veulent augmenter le prix de la bière English at bottom

Molson et Labatt veulent augmenter le prix de la bière
(Québec) Molson et Labatt souhaitent augmenter sensiblement le prix de la bière. Beaucoup plus que l'indice des prix à la consommation (IPC) comme le permet la formule actuelle.
Les deux grandes brasseries réunies au sein de l'Association des brasseurs du Québec ont retenu les services d'un lobbyiste afin de les aider dans leurs démarches pour convaincre le gouvernement québécois de permettre une hausse des prix qui pourrait atteindre et peut-être même dépasser 5 %.

Molson et Labatt veulent augmenter le prix de la bière
(Québec) Molson et Labatt souhaitent augmenter sensiblement le prix de la bière. Beaucoup plus que l'indice des prix à la consommation (IPC) comme le permet la formule actuelle.
Les deux grandes brasseries réunies au sein de l'Association des brasseurs du Québec ont retenu les services d'un lobbyiste afin de les aider dans leurs démarches pour convaincre le gouvernement québécois de permettre une hausse des prix qui pourrait atteindre et peut-être même dépasser 5 %.

Le gouvernement, par l'intermédiaire de la Régie des alcools, des courses et des jeux, fixe les prix minimums de la bière. Le prix est ajusté le 1er avril de chaque année en tenant compte de l'indice général des prix à la consommation. Ainsi, depuis le 1er avril 2010, la bière dont la teneur en alcool est de 5 % doit se vendre au prix minimum de 2,8626 $ le litre. Reste à faire le calcul selon la grosseur du contenant. Le prix varie selon la teneur en alcool.
Les brasseurs trouvent que le prix de la bière n'augmente pas assez vite. L'an dernier, selon la formule basée sur l'IPC, la hausse a été limitée à 0,3 %, rappelle Philippe Batani.
Le directeur général de l'Association des brasseurs précise que l'organisme demande au gouvernement de baser la hausse du prix de la bière sur l'indice général des produits alimentaires.
Si cette formule avait été en vigueur l'an dernier, le prix de la bière aurait bondi de 5,3 %. Selon les prévisions, le prix du panier d'épicerie augmentera de 5 % en 2011.
Puisque la majorité des Québécois achètent leur bière à l'épicerie, il apparaît logique aux brasseurs que ce produit augmente au même rythme que l'ensemble des produits achetés à cet endroit.
Le lait bientôt plus cher que la bière!
En conservant la formule actuelle de fixation des prix, le prix du litre de lait va finir par dépasser celui de la bière, fait valoir M. Batani. La Régie des marchés agricoles a décrété une hausse de 4 ¢ le litre de lait qui entrera en vigueur à la fin du mois.
Pour atteindre leur objectif, les brasseurs devront convaincre le ministre de la Sécurité publique, de qui relève la Régie des alcools. Les ministres de la Santé et du Développement économique ont aussi leur mot à dire, souligne le directeur général de l'association.
Une hausse importante des prix de la bière ne peut qu'encourager une con­sommation responsable, avance déjà com­me argument M. Batani.

Molson and Labatt want to increase the price of beer
(Quebec) Molson and Labatt would like to significantly increase the price of beer. Much more than the price index (CPI) as permitted by the current formula.
The two big breweries together in the Brewers Association of Quebec have hired a lobbyist to assist them in their efforts to convince the Quebec government to allow price increases that could reach and possibly exceed 5%.
The government, through the Liquor, races and games, sets minimum prices for beer. The price is adjusted on 1 April each year taking into account the general index of consumer prices. Thus, since 1 April 2010, the beer with an alcohol content of 5% must sell at minimum price of $ 2.8626 per liter. Remains to be done by calculating the size of the container. The price varies depending on alcohol content.
The brewers are the beer prices will not increase fast enough. Last year, according to the formula based on the CPI, the increase was only 0.3%, says Philippe Batani.
The CEO of the Brewers Association says that the agency requests the Government to base the rising price of beer on the general index of food products.
If this formula had been in effect last year, the price of beer would have jumped 5.3%. According to forecasts, the price of grocery shopping will increase by 5% in 2011.
Since the majority of Quebecers are buying their beer at the grocery store, it seems logical to brewers that this product will increase at the same rate that all products purchased at this location.
Soon milk more expensive than beer!
Maintaining the current formula pricing, the price of a liter of milk will eventually exceed that of beer, argues Mr. Batani. The Agricultural Marketing Board has declared an increase of 4 cents a liter of milk which will come into force at the end of the month.
To achieve their objective, the Brewers will have to convince the Minister of Public Safety, which is the Liquor Control Board. The Ministers of Health and Economic Development also have their say, says the CEO of the association.
A significant increase in beer prices can only encourage responsible consumption, already ahead as Mr. Batani argument.