Tunisie Merchandiseurs de Coca-Cola en protest après être licensiés pour demander de l'emploi décent

Ayant travaillé depuis des années pour la commercialisation des produits Coca-Cola BST, filiale de The Coca-Cola Company (TCCC) en Tunisie, un groupe de 10 supervisor-merchandisers a décidé, début 2010, de joindre FGAT-UGTT, le syndicat qui réunit les travailleurs/euses dans le pays. Une de leurs principales préoccupations étaient les contrats temporaires d’une durée d'un an, régulièrement renouvelés par l'agence Manpower qu'utilisait Coca - une pratique qui a duré entre 8 et 13 ans pour les individus de ce groupe.

La direction de Coca sait bien pourquoi elle utilise cette forme d'emploi – peu après que le groupe s'est organisé, elle a annoncé que, comme ils étaient en cours de "changer le prestataire de services", les travailleurs devraient dès lors signer des contrats d'un mois seulement - dans une intention évidente de dissimuler la pratique illégitime et illégale de renouveler des mêmes contrats de travail pendant tant d'années.

Lorsque les employés ont refusé d'accepter cette détérioration de leur relation de travail, Coca, après avoir accepté leur travail pendant plus d'un mois sans aucun contrat signé, les a licenciés le 6 mai (ou plûtot, comme ils le disent, Manpower l'a fait).

Les travailleurs insistent sur le fait qu'ils doivent être réintégrés et surtout réintégrés chez Coca-Cola, qui est leur véritable employeur, le propriétaire du produit qu'ils commercialisent, leur supérieur hiérarchique direct, en bref tout ce qui concerne leur travail était géré par Coca.
Bien qu'ils soient sans solde depuis cinq mois maintenant, ils refusent d'accepter une relation de travail avec Manpower - dont ils n'ont aucune garantie de retrouver leur poste ou même d'être employés dans leur ville de résidence.

Cependant, malgré plusieurs tentatives, dont des réunions à l'Inspection régionale de Travail, de discuter de la question, l'entreprise a refusé de les écouter. Les travailleurs ont alors décidé d'agir et ont occupé un court moment le bâtiment BST fin août. Ils y sont même restés pendant la nuit et y prenaient le repas de Ramadan. Cependant aucun progrès n'a été atteint à ce jour et le syndicat affirme que de nouvelles actions de protestations se produiraient si la nouvelle réunion avec l'Inspection Générale de Travail ne donne aucun résultat.

L'UITA a suivi de près cette situation et a exprimé sa vive préoccupation devant le refus de créer des emplois décents et régulieres pour les travailleurs permanents de Coca-Cola Company.

 

Choose your language:

Login

Fight outsourcing and job destruction!