Tunisie: succès de grève chez Coca-Cola Mégrine

Les travailleurs de l’usine de Coca-Cola à Mégrine ont fait deux demies journées de grève le 26 et le 27 juillet. Ils sont parvenus à une importante amélioration en ce qui concerne la santé et la sécurité au travail, ainsi que la rémunération.

L’organisation syndicale de cette usine avait déjà pris les devants en janvier dans leur lutte pour abolir le travail intérimaire chez Coca-Cola en Tunisie. Suite à cette lutte, tous les travailleurs/euses ont été employés/es directement par l’entreprise.

Dans le domaine de la santé et sécurité, les travailleurs/euses exigent de meilleures installations de traitement en cas d’accident, une meilleure infirmerie et une ambulance à l’usine. D’autres demandes complémentaires viennent s’ajouter à cela, comme la mise en œuvre de l’augmentation salariale déjà convenue dans les négociations nationales entre l’UGTT et la fédération des employeurs, ainsi que les revendications sociales telles que pécule de vacance et prime pour rentrée scolaire s’ajoutent à ces exigences.

Après des négociations avaient été arrêtés dans l'impasse, les travailleurs portaient des brassard rouges spendant une semaine puis arrêtaient la ligne le 26 juillet.

Houcine Krimi, secrétaire général de l'organisation syndicale de Coca-Cola et membre du Comité exécutif pour la FGAT, déclare: «Tous les travailleurs/euses sont maintenant employés directement par la société, donc toutes les améliorations que nous attendons seront appliquées à tous. C'est une énorme motivation pour tout le monde à y participer. Les gens ont aussi moins de crainte de représailles.

Les négociations ont repris et le deuxième jour de la grève un protocole a été signé, comportant la résolution des problèmes les plus pressants.

La loi oblige une entreprise à acheter une ambulance si elle a plus de 500 travailleurs/euses dans l'établissement. Ici, à Mégrine nous avons seulement 350 employés, mais la société s’est maintenant engagée à obtenir une ambulance quand-même.

Ils ont également convenu de mettre en œuvre l'augmentation de salaire de 5,5% que la confédération syndicale a conclu avec l'association des employeurs. Strictement juridiquement parlant, ils n'étaient pas obligés de le faire, mais nous les avons convaincus de toute façon que le comportement correct était de mettre en œuvre cette augmentation.

Nous allons également poursuivre les discussions pour une juste compensation pour les heures supplémentaires en été qui empêchent les travailleurs/euses de prendre des vacances, de sorte que leurs familles ne souffrent pas de cette situation. Nous allons mettre en œuvre une solution l'année prochaine et essayer de faire qu’elle soit valable pour toutes les usines de Coca-Cola dans le pays. La même chose se produira avec des primes pour l’entrée scolaire des enfanst des ouvriers, qui est un autre sujet.

Nous avons reçu beaucoup de soutien d'autres usines et d'autres syndicats dans cette lutte, ce qui a été très important pour notre succès. »

 

Choose your language:

Login

Fight outsourcing and job destruction!