"Le plus grand défis à relever dans le futur est d’amener les jeunes travailleurs à s’impliquer dans les activités syndicales”

“Tito” Zelko est un C.P.A. travaillant pour le département
des finances de la compagnie coca-cola depuis 1985. Il était auparavant employé
par la compagnie Ford jusqu’à la fermeture de cette compagnie d’automobile en
Uruguay. Zelko a donc été recruté par le  TCCC  au
moment où ce pays finissait avec le régime dictatorial (1973 - 1985).

Les syndicats ont été les premières organisations à considérer
comme conséquences des persécutions politiques, la perte des emplois par des
travailleurs au moment ou d’autres travailleurs revenaient d’exile et d’autres
sortaient de prisons. Zelko a été lors des récentes élections élu Président du
syndicat des travailleurs de la compagnie de coca-cola (STCC).

 -la participation des travailleurs aux récentes élections
a été très élevée; vrai ?

-Oui 91% des membres ayant le droit de vote ont
participé aux élections soient 15 départements sur les 19 que compte l’Uruguay.
Un des aspects particuliers de cette élection a été la possibilité qui a été
donnée aux travailleurs soustraités de la distribution de participer comme
candidats et comme électeurs.  

-Comme vous avez mentionné les travailleurs soustraités,
quelque chose qui doit être souligné est le travail que le syndicat a fait pour
l’augmentation des contrats directs pour ces travailleurs.

- 200 qui étaient soustraités ont aujourd’hui des
contrats directs avec la compagnie coca-cola  TCCC.  

Pour tes commentaires sur différentes opportunités, ce
cas pourrait être un du genre au sein de la compagnie transnationale. En termes
d’effort et de détermination nous devions reconnaître ceux des précédents responsables.

Le scénario était que les travailleurs saisonniers
restaient à leurs postes au delà de la période des dix mois maximum pour un
travail saisonnier avec les mêmes salaires et conditions de travail.  

Ceci ayant été la même chose pendant trois années
consécutives, le syndicat, STCC a décidé de poser le problème aux directeurs de
ce moment et au cours des négociations un accord a été trouvé pour que 120
travailleurs de la distribution puissent être pris en compte par la compagnie
en complément des 80 autres qui ont été recrutés au dernier moment.

Le précédent comité à fait son possible pour que 200
travailleurs soient payés par la compagnie.

-Quels sont les travailleurs qui sont membres du
syndicat?

-les travailleurs de  Montevideo Refrescos – les affiliés de
la Compagnie Coca-Cola –, et aussi les travailleurs de la distribution
qui travaillent au magasin, sans oublier ceux des camions soustraités.

Nous avons aussi un groupe de délégués des travailleurs
de la maintenance bien qu’ils ne soient pas directement des membres. Cette
partie de la compagnie a été soustraité en 2002.

Le syndicat a eu des négociations avec la compagnie ce
qui leur a permis de gagner un certain nombre d’avantages pour les
travailleurs;.  

-Combien de personnes y a t’il à la maintenance?

-70 Travailleurs approximativement. Nous sommes entrain
de négocier pour que les salaires d’une douzaine de travailleurs qui sont dans
les camions soustraités à l’intérieur de l’entreprise puissant être ramenés au
niveau des nôtres. Ce qui signifierait une augmentation sensible de leurs
salaires et aussi leurs accès à un certain nombre d’avantages.

-Notre affilié Argentin du secteur laitier (ATILRA) a
réussi à faire adhérer au syndicat les travailleurs des rayons de distribution
des supermarchés. Quelle est la situation dans le cas de coca-cola?

- Nous avons eu plusieurs expériences à ce sujet. Des
tentatives ont été faites pour organiser ces genres de travailleurs, mais c’est
une activité où ils ne restent pas longtemps.  

Les travailleurs qui sont dans les rayons, pour ce qui
est des produits coca-cola, nous ont contactés et nous leur avons apporté notre
assistance et soutien mais ils ne sont pas encore devenus membres du syndicat.

-Est ce qu’il y a là une possibilité pour qu’ils
deviennent membres du syndicat STCC?

-Cette possibilité existe, mais la question est que
cela ne dépend pas seulement du syndicat mais du dynamisme de ce groupe de
travailleurs.

Il y a quatre ou cinq ans des travailleurs de coca-cola
ont fait un effort à ce sujet et il y a eu des adhérents au syndicat, mais
aujourd’hui ils sont des employés recrutés par une autre compagnie pour rendre
ce service.

-Quel est le nombre total des membres de STCC?

-Aujourd’hui nous avons 700 personnes enregistrées, représentant
approximativement 65% du total de 1,100 travailleurs.

-Quels sont les défis qui attendant le syndicat ?

-Nous pouvons les classifier selon deux types d’objectifs:
moyen et long termes. Le tout premier est l’objectif relatif au travail de tous
les jours du syndicat tels que les conditions de travail, les salaires et
autres. Les derniers sont ceux qui visent à renforcer le syndicat, à amener les
jeunes travailleurs à participer aux actions et activités du syndicat pour qu’ils
soient en mesure de prendre la relève dans le syndicat car le travail à ce
niveau n’est souvent pas facile.

Nous voulons voir les jeunes participer aux activités
syndicales pour qu’ils soient en mesure de diriger l’organisation dans le futur.

-Quel est votre avis sur “Jugos
del Valle” des jus importés d’Argentine?

-C’est une pratique courante de la compagnie d’importer
des produits, tels que coca-cola en cannettes, qui ne sont pas produits en Uruguay,
en complément à d’autres avec une popularité différente sur le marché

A présent la compagnie importe des eaux minérales telles
que Aquarius (du Paraguay et de l’Argentine) et Jugos
del Valle
, de la province argentine de Córdoba.

Dans les années récentes, ce type de compagnie a eu à
s’ajuster aux tendances du marché en incluant des produits pour augmenter son profit.

-Comme yerba mate, par exemple…

-(Rires) ce qu’il faut prendre en compte est que l’Uruguay
est un pays avec un très
haut niveau de consommation par tête d’habitant de yerba mate dans le monde. Depuis
2009, la compagnie Coca Cola est
entrain de commercialiser une marque de  yerba mate  “La Vuelta”, qui est importée du Brésil.

En revenant aux boissons, la compagnie a rendu public
son plan pour produire localement certains produits, mais l’amélioration des
infrastructures de l’entreprise est la première des choses à faire.

Ceci est un grand défi pour le syndicat. Merci à l’UITA et aux travailleurs de la
Fédération Argentine des Travailleurs des Industries des Boissons Gazeuses (FATAGA)
nous pouvons être à jour par rapport aux technologies nécessaires pour fabriquer
certains produits et être conscients des effets que cela pourrait avoir sur la
force de travail.

-Vous avez des relations séculaires avec la FATAGA, est
ce vrai ?

-Oui c’est vrai. Et je pourrais mentionner que nous
avons toujours eu le plein soutien et la solidarité de cette fédération quel
que ce soit celui qui a la gouvernance de l’organisation.
Ils ont toujours été là pour nous.

Je me souviens dans les années noires, les années 70s,
quand de nombreux travailleurs ont été forcés de s’exiler, les travailleurs de FATAGA
ont offert leur solidarité et c’est quelque chose que nous devons reconnaitre publiquement.

Nouveau
bureau du syndicat STCC

Président:
Ernest “Tito” Zelko
Vice-président: Alejandro Sosa
Secrétaire Général: Gustavo Sotelo
Secrétaire aux Finances: Víctor Da Costa Leites
Secrétaire à l’Organisation: Diego Taño
Secrétaire à la Propagande: Omar Martínez
Secrétaire aux Rencontres: Milton Burgos

 

De Montevideo, Gerardo Iglesias
Rel-UITA
30 Août 2012

Choose your language:

Login

Fight outsourcing and job destruction!