Main | UNIA et l’UITA exigent des droits fondamentaux pour les travailleurs/euses de Nestlé du monde entier »

« METTEZ FIN à la Nespression et négociez maintenant ! » disent les travailleurs/euses de l’alimentation de Malaisie à Nestlé Indonésie

Une visite de solidarité en Indonésie par dix syndicalistes de l’affiliée de l’UITA FIEU (Food Industry Employees Union) de Malaisie a encore une fois mis en lumière le refus de la direction de Nestlé Indonésie de respecter les droits syndicaux à son usine Nescafé de Panjang, une attitude « discriminatoire, irrationnelle et injuste ». La visite s’est terminée par une manifestation devant l’usine Nestlé de Panjang.



Depuis deux ans, le SBNIP (Nestlé Indonésie Workers Union - Panjang) fait campagne pour le droit de négocier les salaires et faire inclure les échelles de salaires dans la convention collective. Mais la direction de Nestlé Indonésie, faisant fi des droits syndicaux garantis par les conventions de l’OIT sur la négociation collective, Déclaration de principes tripartite sur les entreprises multinationales et la politique sociale de l'OIT et les Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des sociétés multinationales, a répondu par d’intenses pressions sur les membres du syndicat et leurs familles, dans une tentative pour les amener à renoncer à leurs droits.

Le refus de la direction de Nestlé Indonésie de respecter le droit de négocier les salaires a choqué FIEU, qui négocie avec Nestlé Malaisie au nom de ses 2 200 membres dans six usines et un entrepôt de Nestlé. En plus du droit de négocier les salaires, la convention collective de Nestlé Malaisie contient un tableau détaillé des salaires – ce qui est précisément ce que demande le syndicat en Indonésie depuis deux ans. La direction de Nestlé Indonésie prétend que le tableau des salaires est un « secret d’entreprise », malgré le fait que ce n’est clairement pas le cas chez Nestlé dans d’autres pays, notamment en Malaisie.

Lors d’une conférence de presse tenue à Panjang le 22 juin, le secrétaire-adjoint de FIEU, qui travaille également chez Nestlé Malaisie, a déclaré que « Nous sommes très choqués d’apprendre que la direction de Nestlé Indonésie refuse à ses travailleurs/euses le droit de négocier les salaires, de connaître les échelles de salaires et de les inclure dans la convention collective. Les travailleurs/euses de Nestlé Indonésie devraient avoir le même droit de négocier les salaires que les travailleurs/euses de Nestlé Malaisie ».

Le président de FIEU Muhammad Zelan bin Harun fait remarquer qu’il existe des comparatifs internationaux et des « pratiques exemplaires » internationales à l’usine Nestlé de Panjang, qui exporte 75 pour cent de sa production de Nescafe vers les marchés étrangers, notamment le Japon. Pourtant, lorsqu’il est question de droits syndicaux comme le droit de négocier les salaires, la direction de Nestlé Indonésie refuse d’appliquer les pratiques exemplaires internationales. La direction de Nestlé Indonésie pourrait pourtant facilement mettre fin à ce conflit en appliquant les pratiques exemplaires qui ont déjà cours dans l’exemple manifeste que constitue la convention collective intervenue entre FIEU et Nestlé Malaisie.


Le président de FIEU, Muhammad Zelan bin Harun, présente la convention collective de Nestlé Malaisie, ouverte à la page du tableau des salaires.

METTEZ FIN à la Nespression et négociez maintenant! - CLIQUEZ ICI POUR ENVOYER UN MESSAGE À NESTLÉ!

Dites à la direction générale de cesser de faire pression sur les employés/es et d’entreprendre les négociations!

La situation à Nestlé Panjang n’est pas unique. Pour un nombre croissant de travailleurs/euses de Nestlé à travers le monde, c’est « Good Food - Good Life – et violations systématiques des droits des travailleurs/euses ».