Home

Au moment où se tient le Sommet mondial sur la sécurité alimentaire, l’UITA demande que les travailleurs/euses soient également pris en compte

18 November 2009 News
Version imprimable

Le nombre des affamés est désormais officiellement estimé à plus d’un milliard de personnes pour l’ensemble de la planète, alors que, selon les prévisions, les prix des denrées alimentaires de base devraient rester élevés, instables et vulnérables aux chocs. C’est sur cette toile de fond que se déroule, à Rome, du 16 au 18 novembre, le "Sommet mondial des Nations unies sur la sécurité alimentaire. Dans la période qui a précédé le sommet, l'UITA a écrit à M. Jacques Diouf, Directeur général de l’Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), pour signaler à son attention que le Projet de déclaration du sommet ne contient pas la moindre mention du rôle crucial du demi-milliard de travailleurs et travailleuses agricoles salariés/es éparpillés/es à travers le monde, qui contribuent à nourrir la planète, mais qui souffrent souvent de la faim eux-mêmes.

La lettre de l'UITA à Diouf signale que l'insécurité alimentaire chronique chez les travailleurs/euses agricoles et leurs communautés est indissociablement liée à la violation chronique de leurs droits collectifs et invite, dès lors, le directeur de la FAO à "recommander aux gouvernements des pays membres d’ajouter aux engagements et actions adoptés par le sommet, la ferme volonté de créer des postes de travail décents, avec des salaires de subsistance dans l’agriculture". L'UITA souligne également qu'un autre résultat essentiel du sommet doit être que l'OIT, en tant que seule organisation spécialisées des Nations Unies chargée du monde du travail, soit désignée comme étant l'une des organisations spécialisées de l'ONU qui a pour mandat spécifique d’œuvrer à l'éradication de la faim dans le monde.

L'UITA, qui fait partie du groupe consultatif de la société civile de l’Équipe spéciale de haut niveau du secrétaire général sur la crise mondiale de la sécurité alimentaire, évaluera le résultat du sommet de Rome et ses éventuelles implications pour les politiques et actions de l'UITA.