Home

Accor attaque à nouveau ses travailleurs/euses et leurs droits – cette fois-ci en Indonésie

16 December 2013 Urgent Action
Version imprimable

Les travailleurs/euses de l’hôtel Ibis Tamarin de Djakarta, Indonésie, appartenant au groupe Accor, luttent pour leurs droits et la reconnaissance depuis que leur syndicat a été formé et légalement enregistré en août 2012. La réaction agressive de la direction à leurs efforts a récemment augmenté d’un cran.

ENVOYEZ UN MESSAGE A ACCOR!

En juillet dernier et à nouveau en novembre, le syndicat, affilié à la fédération nationale indonésienne de l’hôtellerie et de la restauration FSPM, a soumis une liste de revendications à la direction, portant notamment sur la rémunération des heures supplémentaires, une redistribution inégale de la taxe de service sur laquelle comptent les employés/es, la conversion des emplois des travailleurs/euses sous contrat en emplois permanents et le début des négociations collectives, repoussé à plusieurs reprises.

La réaction de la direction ne s’est pas faite attendre. Le 26 novembre, elle a indiqué à une travailleuse sous contrat que son contrat ne serait pas renouvelé parce qu’elle avait adhéré au syndicat. Deux jours plus tard, le directeur de l’établissement a menacé deux autres travailleurs du même sort. En décembre, c’est l’ensemble du personnel d’étage qui a été en butte à des attaques. Des membres ont reçu le conseil de quitter le syndicat, tandis que des pressions ont été exercées sur deux membres pour qu’ils signent de fausses déclarations dictées par la direction disant qu’ils avaient été obligés de rejoindre le syndicat et qu’ils le regrettaient. Les membres syndicaux du personnel d’étage et du personnel technique ont été intimidés et harcelés par leurs supérieurs immédiats pour qu’ils quittent le syndicat. Le président du syndicat reste injustement suspendu de son travail.

Manifestation syndicale le 11 décembre pour les droits syndicaux et la reconnaissance à l’Ibis Tamarin d’Accor à Djakarta

Le groupe Accor, dont les marques comprennent Ibis, Mercure, Sofitel et Novotel, est déjà connu pour ses pratiques antisyndicales au Bénin (Afrique de l’Ouest) et en Ontario (Canada). En décembre 2012, le gouvernement français a jugé que le groupe Accor avait violé des principes directeurs internationaux et recommandé que la société résolve rapidement ces conflits par le biais de négociations de bonne foi avec les syndicats. Les conflits se poursuivent en raison de l’hostilité d’Accor envers les droits syndicaux. L’offensive antisyndicale du groupe comprend aujourd’hui un nouveau front en Indonésie.

Cliquez ici pour envoyer un message à Accor – cessez immédiatement les attaques antisyndicales à l’Ibis Tamarin de Djakarta !