Home

Sheraton de Bruxelles : les employés/ées mis/es au rebut pendant les travaux de rénovation

24 January 2017 News
Version imprimable

SheratonBrussels2

Deux cents employés/ées de l'hôtel Sheraton de Bruxelles paient le prix fort d'un conflit entre le propriétaire, le groupe immobilier britannique International Real Estate Ltd, et le gestionnaire de l'établissement, la société Starwood, récemment rachetée par Marriott. Le propriétaire de l'hôtel et Starwood, qui gérait l'établissement, n'ont pas réussi à s'entendre sur la responsabilité financière des travaux de rénovation et de désamiantage.

L'hôtel a été construit au début des années 70, et le coût des travaux de rénovation avoisinerait les 50 millions d'euros. Lorsque Starwood et le propriétaire ont échoué à renégocier le contrat de gestion, la direction de l'hôtel a tout bonnement abandonné son poste. Le 12 décembre, après quelques jours d'autogestion, le Sheraton de Bruxelles a été officiellement déclaré en faillite et 200 employés/ées ont perdu leur emploi.

Si les travaux de rénovation exécutés après le dépôt de bilan se prolongent au-delà des 6 mois de protection de l'emploi prévus par la loi, l'hôtel ne sera pas tenu de redonner leurs postes aux employés/ées actuels/les, et de nouveaux/elles employés/ées seront recrutés/ées avec des conditions de travail moins avantageuses. Deux cents employés/ées sont actuellement sans emploi alors qu'une puissante société immobilière s'est déclarée en faillite pour pouvoir rouvrir ce même hôtel après les travaux.

L'UITA soutient ses affiliées belges, FGTB-Horval, ACV-CSC et la ACLVB-CGSLB, qui font pression sur le propriétaire du Sheraton, afin de créer pour les syndicats un espace de négociation d'un accord qui garantirait la réembauche des employés/ées à la réouverture de l'hôtel, et permettrait de continuer à appliquer l'ancienne convention collective.