Home

Iran : chez Haft Tapeh, les travailleurs-ses du sucre se battent pour leurs salaires, leur retraite et leurs droits !

18 July 2017 Urgent Action
Version imprimable

Les employés-es de Haft Tapeh, un gigantesque complexe sucrier combinant plantation et raffinerie situé dans la ville de Suse, dans le sud du pays, ont toujours dû lutter pour leurs salaires et leurs droits. En 2008, à l'issue d'une grève de 42 jours, les travailleurs ont formé une organisation syndicale indépendante — affiliée à l'UITA — pour exiger des arriérés de salaire dus de longue date. Les dirigeants syndicaux ont été arrêtés, incarcérés et mis sur une liste noire. Les employés-es et leur syndicat risquent la répression en manifestant une nouvelle fois pour exiger d'importants arriérés de salaire et de prestations sociales.

La situation s'est dégradée depuis que l'entreprise a été privatisée, en 2015, dans des conditions obscures dont les détails n'ont jamais été dévoilés. Depuis octobre dernier, les employés-es ont organisé plusieurs grèves et manifestations pour exiger le paiement de leurs salaires et de leurs prestations sociales, dont dernièrement en juin de cette année. Des milliers d'employés-es n'ont pas reçu leur salaire depuis deux mois, et autant d'autres depuis quatre mois. Les pensions de retraite ont été gelées ces derniers mois car l'entreprise n'a pas versé ses cotisations au régime national de sécurité sociale. Plus de la moitié des employés-es de la plantation et de la raffinerie ne sont pas sous contrat de travail à durée indéterminée et vivent dans l'insécurité permanente. Les employés-es et les retraités-es ainsi que leur famille ont été harcelés-es et menacés-es de la fermeture de l'entreprise s'ils/elles continuaient à revendiquer leurs droits. Les employés-es sont régulièrement harcelés-es, renvoyés-es et surveillés-es en permanence par les forces de sécurité.

HaftTapeh17072017mailing

Les employés-es de Haft Tapeh et leur syndicat exigent le paiement intégral des arriérés de salaire et de prestations sociales, la reconnaissance de leur syndicat en tant que représentant légal des employés-es, ainsi que la renationalisation de l'entreprise. 

CLIQUEZ ICI pour envoyer un message aux autorités iraniennes en soutien aux demandes des employés-es.