Home

En Malaisie, les employés-es de l'hôtellerie retrouvent leurs frais de service et défendent les droits salariaux

8 August 2017 News
Version imprimable

En 2012, lorsque le gouvernement a introduit une nouvelle loi sur le salaire minimum, l'association des hôteliers a réagi en tentant d'arrêter de redistribuer les frais de service aux employés-es, utilisant à la place ces recettes provenant des frais de service pour satisfaire aux nouvelles exigences en matière de salaire minimum.

Plusieurs chaînes hôtelières, à la tête desquelles Shangri-La Hotels & Resorts, ont tenté de modifier de force les conventions collectives pour que la distribution des frais de service ne soit plus considérée comme faisant partie du salaire des employés-es, afin d'en conserver les recettes. Ce système dit du « salaire net » était en réalité une tactique sale visant à prendre l'argent des employés-es pour payer la différence entre leur salaire et le nouveau salaire minimum.

L'Union nationale des employés de l'hôtellerie, des bars et de la restauration (NUHBRW), affiliée de l'UITA, et le Syndicat des employés de l'hôtellerie et de la restauration de Sabah (SHRREU), ont lancé une campagne commune contre ce vol de salaire, exigeant que les frais de service continuent d'être distribués aux travailleurs-ses de l'hôtel.

NUHBRWprotestwagetheft

Des membres de NUHBRW protestent contre le vol de salaire en 2015.

À l'issue d'un jugement historique, la Cour fédérale a confirmé une décision d'un tribunal du travail selon laquelle les employés-es de l'hôtellerie doivent percevoir un salaire minimum conformément à l'arrêté de 2012 relatif au salaire minimum et en sus des frais de service, dont 90% doivent être redistribués aux employés-es. Cette décision s'applique rétroactivement jusqu'à octobre 2013.