Home

Nouvelles attaques du gouvernement sur un syndicat indépendant en Algérie

24 January 2018 Urgent Action
Version imprimable

Le gouvernement de l'Algérie a une fois de plus intensifié ses attaques sur le syndicat indépendant de l'énergie SNATEGS qui organise les travailleurs-ses de la compagnie étatique SONELGAZ. SNATEGS est affilié à l'UITA à travers ses travailleurs-ses du domaine de la restauration.
En mai 2017, le syndicat a vu son statut légal révoqué et le Ministère du travail a fabriqué, en décembre dernier, l'annonce selon laquelle le syndicat s'était formellement réuni pour se dissoudre. Des centaines de syndicalistes, de délégué-e-s et de représentant-e-s ont été renvoyé-e-s, harcelé-e-s et persécuté-e-s sous de fausses accusations légales et ce pour avoir exercé leurs droits fondamentaux. Le président du syndicat Raoul Mellal a été condamné à six mois de prison pour avoir révélé une pratique de longue date de SONELGAZ qui consistait à surfacturer ses usagers-ères.  
Le gouvernement est maintenant en train d'inventer de nouvelles accusations pour continuer à persécuter Mellal et paralyser le syndicat. Le 28 novembre, le président du syndicat a été condamné, par contumace, à deux mois ferme de prison et à débourser 5000 euros d'amende pour avoir soi-disant diffamé SONELGAZ. Mellal a fait appel et l'audience aura lieu le 30 janvier.
RaoufMellal_0Mellal a appris qu'il avait aussi été condamné par contumace en janvier 2017 à six mois ferme de prison et à payer une amende de 2000 Euros dans le cadre d'une poursuite menée par le directeur d'une agence de sécurité suite à une plainte de harcèlement sexuel exercé sur une travailleuse qui a été licenciée suite à sa dénonciation. Mellal était poursuivi pour diffamation après avoir manifesté sa solidarité avec la victime. Exercer sa solidarité avec une personne qui a été sexuellement harcelée est donc maintenant passible d'une peine d'emprisonnement en Algérie…
Le 7 janvier 2018, il a été condamné à trois mois de prison et à payer une amende de 3000 Euros pour une autre plainte pour " diffamation " déposée par SONELGAZ.
Le gouvernement de l'Algérie est parti en guerre contre les droits humains de base. Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de le faire, merci de CLIQUER ICI pour envoyer un message aux autorités.