Home

C’est maintenant officiel : Après une campagne syndicale de six ans, adoption de normes de santé au travail pour les employé-e-s d’étage de l’hôtellerie

21 March 2018 News
Version imprimable

Le 9 mars, l’État de Californie a officiellement approuvé les normes destinées à prévenir les troubles musculo-squelettiques des employé-e-s d’étage adoptées plus tôt cette année par l’agence gouvernementale californienne chargée de la santé et sécurité au travail. Décrites par le Département des relations sociales du gouvernement californien comme « les toutes premières normes ergonomiques du pays élaborées spécifiquement pour protéger les employé-e-s d’étage de l’hôtellerie », elles entreront en vigueur le 1er juillet, couronnant une initiative lancée par UNITE HERE en 2012.

lifting100%2Bpoundmattresses« Le personnel d’étage a des taux plus élevés de blessures graves et cumulées que les travailleurs-euses d’autres industries et les données montrent que ces lésions augmentent régulièrement » a indiqué Juliann Sum, directrice de l’antenne californienne de l'Administration américaine de la sécurité et de la santé au travail (OSHA). « Ce règlement fait obligation aux employeurs d’identifier, d’évaluer et de corriger les risques liés à l’entretien dans l’hôtellerie, avec la participation des employé-e-s d’étage et de leurs représentant-e-s syndicaux-ales ».

Ce règlement, selon le communiqué de presse officiel (texte en anglais), exige des employeurs de l’industrie de l’hôtellerie et de l’hébergement qu’ils établissent, mettent en œuvre et maintiennent opérationnel un programme de prévention des troubles musculo-squelettiques, qui doit comprendre :

  • Des procédures pour identifier et évaluer les risques liés à l’entretien, au moyen d’une évaluation des lieux de travail et avec la participation du personnel d’étage
  • Des procédures pour s’enquérir des troubles musculo-squelettiques chez les employé-e-s d’étage
  • Des méthodes pour corriger les risques identifiés
  • La formation des employé-e-s et de l’encadrement aux pratiques sûres et aux contrôles, ainsi qu’un processus qui permette de rendre compte rapidement des blessures à l’employeur.

Les employé-e-s d’étage de Californie et du reste du monde, qui ont maintenant un précédent sur lequel s’appuyer, ont toutes les raisons de se réjouir.