Home

Coca-Cola, multirécidiviste des violations des droits humains – en Haïti, Indonésie, Irlande, aux Philippines et aux États-Unis

14 June 2018 Urgent Action
Version imprimable

Les violations des droits humains se multiplient chez The Coca-Cola Company. La société se rend ainsi systématiquement coupable en échouant à respecter les droits humains de ses employé-e-s et à prendre des mesures pour corriger ces atteintes aux droits. Le droit des travailleurs-euses à former, adhérer et à être représenté-e-s par un syndicat en vue de négociations collectives est un droit humain fondamental universellement reconnu. CLIQUEZ ICI POUR ENVOYER UN MESSAGE à The Coca-Cola Company.

En Indonésie, l’embouteilleur Coca-Cola Amatil poursuit son offensive de longue date contre les droits des syndicats indépendants démocratiques (pour en savoir plus).

En Haïti, son embouteilleur La Brasserie de la Couronne continue à systématiquement refuser l’exercice par les travailleurs-euses de leur droit à former et à être représenté-e-s par un syndicat (pour en savoir plus – en anglais).

Aux Philippines, l’important embouteilleur FEMSA est coupable de violations des droits et de suppressions brutales des emplois. La société a procédé à des licenciements collectifs sans explication ou justification d’aucune sorte tout en refusant d’entamer de véritables négociations collectives avec la Fédération des syndicats de Coca-Cola (FCCU) qui représente la majorité des travailleurs-euses de Coca-Cola dans ce pays (pour en savoir plus – en anglais).

Aux États-Unis, l’embouteilleur pour la région de la Nouvelle-Angleterre, Coca-Cola Bottling Company of Northern New England (CCNNE), a eu recours aux services d’une coûteuse société de conseils qui déclare publiquement qu’elle « représente la direction lors des réunions avec les employé-e-s dans l’objectif de persuader un groupe cible d’employé-e-s de Coca-Cola chez CCNNE, à Greenfield, Massachusetts, de ne pas se syndiquer ».

Alors que The Coca-Cola Company a régulièrement été informée par l’UITA de ces violations persistantes des droits, la société a refusé de prendre des mesures sérieuses pour les corriger. L’incapacité systématique de TCCC à faire preuve de diligence raisonnable en matière de droits humains la rend complice de ces abus, et en fait un auteur à part entière d’atteintes aux droits.

Ces violations des droits ne sont pas limitées à son système d’embouteillage. En Irlande, The Coca-Cola Company a déjà fermé l’usine de production de concentré (où est fabriquée la « recette secrète » du Coca-Cola), fortement syndiquée, et détenue en propre à Drogheda et a récemment annoncé la fermeture d’une autre usine à Athy. Elle refuse par ailleurs de dialoguer avec le syndicat à l’usine de concentré restante de Ballina, où une grande partie des travailleurs-euses de la production souhaite être représentée par l’affiliée de l’UITA SIPTU.

Merci de vous joindre aux membres de l’UITA chez Coca-Cola pour demander à The Coca-Cola Company de remédier au nombre croissant de violations des droits humains au sein du système mondial de Coca-Cola.

CLIQUEZ ICI POUR ENVOYER UN MESSAGE à The Coca-Cola Company.