Home

La révolution volée du Nicaragua

23 July 2018 Editorial
Version imprimable

Le 19 juillet marque l’anniversaire du renversement, en 1979, de la
dictature de Somoza, soutenue par les États-Unis. La promesse démocratique
portée par la révolution sandiniste, qui a trouvé un écho même au-delà des
frontières de la région, a été progressivement confisquée par le régime
autocratique du président Daniel Ortega, dont le gouvernement réprime
brutalement les manifestations populaires lors des commémorations.

Selon les dernières estimations, près de 300 personnes ont été victimes de
l’intensification de la répression et de la violence meurtrière de la police et
des groupes paramilitaires, qui sont sous le contrôle direct du Président.

Nicaragua2

Depuis son retour au pouvoir il y a onze ans, Ortega n’a eu de cesse d’institutionnaliser son pouvoir personnel. Les diverses tentatives de nouer un « dialogue national » et d’élaborer « une feuille de route vers la démocratie » ne seront que de vaines promesses tant que la répression continuera. Les meurtres doivent cesser, Ortega démissionner, et l’élection frauduleuse de 2016 être annulée. Le Nicaragua doit pouvoir respirer à nouveau ; ses travailleurs et ses travailleuses, sa population et ses forces démocratiques, fragmentées et opprimées, ont de toute urgence besoin de la solidarité et du soutien internationaux que le Secrétariat régional de l’UITA en Amérique latine est en train d’organiser. (Lien en espagnol uniquement)