Home

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies approuve une Déclaration sur les droits des paysan-ne-s et des travailleurs-euses ruraux-ales – le débat se poursuit à présent à l’Assemblée générale

30 October 2018 News
Version imprimable

Le 28 septembre, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH) a voté en faveur de l’adoption d’une « Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales ». Elle sera dans les mois qui viennent présentée et soumise au vote de l’Assemblée générale des Nations unies, réunissant l’ensemble des États membres.

La Déclaration établit un cadre global de protection des droits des paysan-ne-s et des travailleurs-euses ruraux-ales qui luttent pour défendre leurs moyens d’existence et leurs petites exploitations agricoles contre la destruction des ressources naturelles et les expropriations mises en œuvre par les États et les grandes entreprises. Ce cadre inclut le droit à un revenu décent et à la sécurité sociale ; le droit des petits producteurs-trices ruraux-ales à garder le contrôle de leurs terres, de leurs semences et d’autres ressources phytogénétiques ; et le droit à leur pleine participation à l’élaboration de politiques gouvernementales relatives à la production et à la distribution des aliments ayant une incidence sur leurs communautés.

Le texte adopté par le CDH fait à présent l’objet de discussions entre les États membres des Nations unies, avant un premier vote à la mi-novembre et un vote final en décembre.

Au sein du CDH, l’Australie, la Hongrie et le Royaume-Uni ont voté contre l’adoption de la Déclaration. En dépit d’un vote du Parlement européen plus tôt cette année appelant les gouvernements de l’UE à soutenir la déclaration, l’Allemagne, la Belgique, la Croatie, l’Espagne, la Slovaquie et la Slovénie figurent parmi les pays qui se sont abstenus (aux côtés, entres autres, du Brésil, de la Corée du Sud et du Japon).

L’UITA a été impliquée tout au long du processus d’élaboration du texte de la Déclaration.

Il n’est nullement acquis que l’Assemblée générale vote à une forte majorité en faveur de cette Déclaration. Les centrales syndicales nationales doivent exercer des pressions sur leurs gouvernements respectifs pour s’assurer qu’ils votent en faveur de cet important instrument en défense des droits, des moyens d’existence et de l’environnement des paysan-ne-s et travailleurs-euses ruraux-ales qui produisent les aliments dont nous dépendons tous-tes.  

CLIQUEZ ICI POUR TÉLÉCHARGER LE TEXTE DE LA DÉCLARATION ADOPTÉE PAR LE CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME