Home

Les droits de l’homme toujours plus présents à l’ordre du jour des réunions mondiales d’Unilever / le travail précaire cède toujours du terrain

18 March 2013 News
Printer-friendly version

Les relations entre l’UITA et Unilever se caractérisent par des combats acharnés, mais les résultats sont au rendez-vous. A la veille de la réunion, l'UITA et ses membres de l’entreprise mixte Unilever - Kecap Bango de Subang, en Indonésie, ont obtenu, après un long combat, plus de 600 nouveaux contrats directs, permanents, pour des travailleurs occasionnels et contractuels.

Les tensions sont inévitables, parce que les deux parties ont des exigences et des attentes différentes de ce processus. Lors de la dernière réunion, l’ordre du jour a été approfondi et élargi, une évolution bienvenue qui pourrait servir de modèle pour d'autres entreprises transnationales.

Le 5 mars, Ron Oswald, secrétaire général de l’UITA, ainsi que des représentants des affiliées de l'UITA, des représentants des secrétariats généraux et régionaux, et un représentant d’IndustriAll, se sont réunis avec la direction générale et régionale de l'entreprise, à Londres, afin de poursuivre le dialogue sur les questions prioritaires. Si l'enjeu principal demeurent respectivement les droits syndicaux, ou le refus de les reconnaître, dans des affaires qui menacent de déborder et d’aboutir à une confrontation ouverte, l'ordre du jour a été élargi et inclut désormais le travail précaire et l'externalisation de la production, la parité hommes femmes, la politique mondiale et les questions de santé et sécurité.

Des membres du syndicat indépendant des travailleurs Kecap Bango (SPMKB), affilié à l'UITA, montrent leur solidarité avec les grèves et les actions de protestation de la FNV Bondgenoten aux Pays-Bas, où le syndicat revendique des conditions de transfert décentes pour les travailleurs sous-traités à Sodexo.