Home

Un travailleur de Mondelez Pakistan décède à la suite d’un travail posté de 24 heures – les soins lui ont été refusés faute d’assurance maladie

20 June 2013 News
Printer-friendly version

Le 5 juin, un travailleur de l’usine Mondelez de Hub, Baloutchistan, est décédé des suites de ses blessures. Alors qu’il se préparait à rentrer chez lui après avoir effectué deux quarts de 12 heures, Muhammad Zohaib, 19 ans, prêt à s’effondrer de fatigue, a été écrasé par le minibus utilisé pour transporter les travailleurs de et vers l’usine et qui a soudainement fait marche arrière.

L’usine n’a ni équipements pour traiter ou transporter les travailleurs blessés en cas d’urgence, ni ambulance. Zohaib a été emmené dans un centre médical privé qui lui a donné les premiers soins, mais qui n’a pas voulu le soigner plus avant parce qu’il n’avait pas d’assurance accident. Il a ensuite été transporté à l’hôpital général Liyari où il est décédé.

Muhammad Zohaib était un travailleur sous contrat – il n’existe aucun travailleur permanent dans cette usine produisant l’une des célèbres marques milliardaires de Mondelez : la boisson Tang y est fabriquée par 150 travailleurs précaires employés par l’agence de placement HRS Global et supervisés par les « responsables de la gestion » de Mondelez.

Le minibus qui a écrasé Zohaib appartenait à une compagnie de transport privée retenue par Mondelez pour transporter les travailleurs de et vers l’usine pour les deux quarts. Le minibus a percuté Zohaib près du portail de l’usine où ils sont déposés et récupérés.

L’usine fonctionne 24 heures/ 7 jours avec deux quarts de 12 heures, avec 4 heures supplémentaires obligatoires par quart (8+4). Il est souvent demandé aux travailleurs d’effectuer un second quart, c’est-à-dire 24 heures d’affilée, avec de brèves pauses pour les repas et le thé. C’est précisément à l’issue d’un double quart épuisant que Zohaib a été percuté par le minibus et qu’il est décédé des suites de ses blessures.

Puisque Zohaib était employé sans discontinuer depuis quatre mois, il avait droit à une inscription automatique aux régimes de retraite et de prestations sociales médicales/accident/décès du gouvernement. Mais au moment de l’accident, il n’avait pas d’assurance médicale parce qu’il n’avait pas été inscrit à ces régimes obligatoires.

Selon Mondelez, « chaque jour, notre succès dépend des 100.000 employés compétents, dévoués et variés de Mondelez dans le monde entier. Bien les traiter et leur fournir un lieu de travail sûr est la conduite qui s’impose et elle est essentielle à notre succès à long terme »

Muhammad Zohaib, comme beaucoup de travailleurs/euses du système Mondelez, fabriquait des produits et des bénéfices pour Mondelez, mais était employé par une tierce partie. Le droit à un lieu de travail sûr et des horaires de travail raisonnables lui ont été refusés