Home

Mondelez annonce la fermeture immédiate d’une usine au Liban…En présence d’hommes en armes!

3 July 2013 Urgent Action
Printer-friendly version

Le 17 mai, plus de 100 travailleurs/euses employés par Mondelez à Beyrouth ont appris que leur usine allait fermer et qu’ils allaient tous être au chômage. La production doit être transférée en Égypte, où les coûts de production sont moindres et où, l'an dernier, la société a licencié cinq dirigeants syndicaux d’Alexandrie et brisé le syndicat.

CLIQUEZ ICI POUR ENVOYER UN MESSAGE A MONDELEZ !

Le syndicat de Cadbury Adams, qui depuis des mois demandait des explications à propos des stocks anormalement bas et du faible niveau de production, a reçu pour toute réponse que tout était en ordre et qu'il n'y avait rien à craindre.

Le 17 mai, les travailleurs/euses ont été convoqués à la cafétéria de l'usine et, en présence d’hommes en armes, ils ont été informés que l'usine allait fermer et qu’ils toucheraient leur dernier salaire le 19 juin. La direction a insisté pour convaincre les dirigeants syndicaux que l'embauche d'hommes armés était une pratique courante lorsque la fermeture d’une usine est annoncée!

Les lignes téléphoniques ordinaires et l’accès à Internet ont été immédiatement coupés. Les locaux commerciaux de Mondelez, situés dans la zone industrielle ont été immédiatement transférés ailleurs. Pour joindre l’insulte à l’injure, le syndicat a appris depuis, que les nouveaux locaux commerciaux avaient été loués par la société six mois plus tôt.

Le syndicat n'a pas pu négocier d'indemnité de licenciement et la société est revenue sur sa promesse initiale de continuer à payer l'assurance médicale pendant le reste de l’année civile, et d’indemniser immédiatement les travailleurs/euses pour la période de préavis légal, plutôt que d’inclure cette compensation dans un éventuel accord global ultérieur, afin d'aider les travailleurs/euses à respecter leurs engagements financiers courants. Le syndicat est convaincu que la société tente de faire plier les travailleurs/euses en leur coupant les vivres, et a demandé l'intervention du ministère du Travail dans le différend sur les indemnités.

N’hésitez pas, envoyez un message à Mondelez pour protester contre ces méthodes brutales et arbitraires et exiger la négociation d’indemnités de licenciement avec les syndicats.