Home

Un syndicat libanais oblige Mondelez à se soumettre à un arbitrage à propos d’une indemnité de fermeture

19 July 2013 News
Printer-friendly version

Les membres du syndicat Cadbury Adams employés par Mondelez au Liban ont été choqués par la mauvaise foi de l’entreprise, lorsque celle-ci leur a brusquement annoncé que leur usine de chewing-gum allait fermer et que leurs emplois allaient être transférés en Égypte, où la société a brisé le syndicat, et les coûts salariaux sont plus faibles. Malgré la diminution des inventaires et la chute des ventes qu’ils avaient observées, les travailleurs/euses se sont entendus dire pendant six mois que tout allait comme d’habitude et qu'ils n'avaient rien à craindre. Lire l’article précédent ici.

Après que Mondelez eut rassemblé les travailleurs/euses pour leur dire, en présence de gardes de sécurité civils armés, que leurs emplois avaient disparu, les syndicats ont immédiatement demandé à négocier une indemnisation, mais Mondelez s’est limité à faire une offre, à prendre ou à laisser.

Le syndicat a alors demandé l'intervention du ministère du travail, qui a décidé d’un arbitrage exécutoire. La formule d’indemnisation arrêtée par les arbitres oblige la société à payer l'assurance médicale des travailleurs/euses pendant le reste de l'année civile.