Home

Justice différée – les avocats de Mondelez en Égypte font appel et retardent les audiences des travailleurs licenciés – la société supprime leur assurance maladie

27 September 2013 News
Printer-friendly version

En réaction aux allégations de violations des droits humains et d’attaques antisyndicales de la part de Mondelez en Égypte, la société a publiquement déclaré que les cas des cinq dirigeants syndicaux licenciés par Cadbury Alexandrie sont devant la justice et qu’elle « attend la décision du tribunal ». Mais la Cour, auprès de laquelle la société tente de faire valider juridiquement leur licenciement, a statué en faveur de l’un des dirigeants syndicaux licenciés. Les avocats de la société ont donc fait appel et mettent tout en œuvre pour retarder les procédures judiciaires dans les quatre autres cas. Dans l’intervalle, la société a, par esprit de vengeance, supprimé les assurances maladie des travailleurs licenciés – alors qu’ils sont toujours légalement employés par Cadbury.

Le 26 juin, la Cour d’Alexandrie a rejeté la requête de la société concernant le licenciement du responsable syndical Mohamed Hassan Ahmed, parce qu’il n’existe aucune preuve qu’il ait appelé ses collègues de travail à se mettre en grève, comme le prétend Cadbury. La société a fait appel, ce qui prolonge d’autant les procédures judiciaires et retarde leur réintégration.

Dans le cas de Nasr Awad, la société n’a pas présenté les témoins prévus à la dernière audience, entraînant un ajournement.

L’avocat de la société ne s’est pas présenté à l’audience dans le cas de Mohammed Hussein Mustafa, provoquant également un ajournement.

Dans le cas de Mohamed Aboul Ela, l’avocat de Cadbury a contesté que la société soit appelée « Cadbury » dans le dossier d’instruction, demandant un délai de 3 mois pour qu’il puisse être changé en Cadbury Company for Food Industries.

Mondelez n’attend pas la décision du tribunal – elle cherche à la retarder autant que possible tout en infligeant des épreuves aux travailleurs et à leurs familles. Et bien entendu, la société pourrait choisir de retirer sa procédure de licenciement des travailleurs si elle le souhaitait, tout comme Mondelez pourrait choisir d’entamer des discussions avec l’UITA à propos de la situation à Cadbury Alexandrie.