Home

Brésil : la CNTA condamne la cupidité et la corruption révélées par l’opération Chair Faible

30 March 2017 News
Printer-friendly version

La Confédération brésilienne des travailleurs/euses des industries de l’alimentation et des branches connexes CNTA (Confederação Nacional dos Trabalhadores nas Indústrias de Alimentação e Afins), affiliée à l’UITA, a exprimé son indignation concernant l’ampleur du scandale de corruption entre des fonctionnaires des services sanitaires du ministère de la Pêche et de l’Agriculture et des cadres de grands groupes agroalimentaires, révélé par la police fédérale dans le cadre d’une opération intitulée « carne fraca » (chair faible) et qui aurait permis l’exportation et la vente localement de viande avariée impropre à la consommation.

La police brésilienne a notamment enquêté sur les géants mondiaux du conditionnement de viandes JBS, où plus de 130.000 travailleurs/euses sont représentés/es par la CNTA et BRF, où la CNTA représente plus de 110.000 travailleurs/euses.

« Nous sommes indignés d’apprendre que ces leaders mondiaux du secteur de la viande sont les protagonistes de ces pratiques perverses qui mettent en danger la santé humaine au nom de la cupidité » a indiqué le président de la CNTA Artur Bueno de Camargo.

La confédération a également dénoncé ce qu’elle qualifie de « pratiques du travail illégales et non éthiques largement utilisées par ce sociétés ».

Les entreprises de conditionnement de la viande ont le pourcentage le plus élevé d’accidents du travail dans le secteur de l’alimentation au Brésil.

Le stress lié aux cadences élevées et le manque de ressources du gouvernement permettant d’assurer des inspections régulières et approfondies sont les principales causes de ce taux d’accidents élevé.

La CNTA a souligné que la meilleure manière de lutter contre la corruption est de réaliser des inspections transparentes et efficaces, menées par des services compétents et bien structurés.