Home

Les affiliées doivent participer aux négociations sur la politique environnementale

26 March 2018 News
Printer-friendly version

Lors d’une réunion de planification tenue à San Francisco les 14 et 15 mars, la division Viande de l’UITA a déterminé que les affiliées doivent participer aux négociations sur la politique environnementale et l’évolution des emplois et prévoit d’accroître ses connaissances et ses ressources afin d’aider les affiliées à mieux défendre les droits et les intérêts de leurs membres.

Les participant-e-s à la réunion ont également convenu d’intensifier le travail en défense des travailleurs-euses migrant-e-s et de développer des forums et des structures pour améliorer l’inclusion et la représentation des travailleuses et des travailleurs-euses migrant-e-s et LGBTI afin de promouvoir l’égalité entre les genres et renforcer les syndicats.

La nature dangereuse du travail dans le conditionnement de la viande nécessite des mesures législatives plus protectrices et une vigilance syndicale constante face aux demandes croissantes des entreprises pour une augmentation du rythme des lignes de production et une autoréglementation de l’industrie. Les travailleurs-euses courent un risque accru de contracter des maladies incurables à cause d’agents pathogènes résistant aux antibiotiques et l’UITA cherchera à faire en sorte que la résistance antimicrobienne soit reconnue comme un risque sanitaire professionnel à déclaration obligatoire.

La réunion a de plus décidé qu’il fallait consacrer davantage de ressources et mener une campagne coordonnée pour améliorer les normes dans le secteur mondial de la volaille, caractérisé par des conditions de travail généralement atroces et de sérieux déficits des droits fondamentaux.

iufmeatdivsion