Home

Italie : Combattre le harcèlement sexuel – les syndicats continuent à faire pression sur Marriott

17 July 2019 News
Printer-friendly version

Le 28 juin, les affiliées italiennes de l’UITA Filcams-Cgil, Fisascat-Cisl et Uiltucs-Uil ont rencontré la direction de Marriott Italie pour discuter de mesures de lutte contre le harcèlement sexuel dans neuf hôtels de luxe du groupe hôtelier dans ce pays. Les syndicats proposent notamment qu’il soit donné rapidement suite aux incidents signalés, que les auteurs de harcèlement, clients y compris,  fassent l’objet de sanctions appropriées et que les victimes bénéficient d’un soutien adéquat.

La réunion a confirmé « la grande importance que revêt une vigilance commune constante, la nécessité de traiter les cas avec discrétion, impartialité et confidentialité, et de sanctionner fermement et sévèrement les auteurs avérés de harcèlement ».    

Marriott affirme appliquer des politiques strictes pour prévenir le harcèlement sexuel, la discrimination et la traite d’êtres humains, déclarant que les employé-e-s « ont droit à un environnement de travail professionnel exempt de harcèlement et de représailles ». Toutefois, l’UITA et ses affiliées n’acceptent pas cette approche unilatérale et continuent à demander une action conjointe et négociée pour combattre le harcèlement sexuel.

Cristian Sesena, secrétaire du secteur du tourisme de la Filcams-Cgil a commenté « que cette réunion était une étape certes modeste, mais pertinente, concernant une question considérée par Marriott comme dépendant exclusivement de son champ d’intervention, comme le démontre son rejet de la demande de l’UITA de signer un protocole d’action commune au niveau mondial ».