Home

L'accord entre UITA et AccorInvest pour lutter contre le harcèlement sexuel

16 September 2019 News
Printer-friendly version

L’UITA et AccorInvest, la société transnationale hôtelière basée en France, ont signé un accord de lutte contre le harcèlement sexuel au travail.

L'accord a été signé le 15 juillet par la Secrétaire générale de l'UITA Sue Longley et le PDG d'AccorInvest, John Ozinga, à Paris en France. Il couvre toutes les personnes employées par le Groupe ou opérant pour le compte d'AccorInvest.

L'accord présente la politique de tolérance zéro du harcèlement sexuel et reconnaît le rôle indispensable des syndicats et de la négociation collective pour l'élimination du harcèlement sexuel sur le lieu de travail. Une procédure détaillée et prenant en compte les considérations de genre représente la base de la mise en œuvre de l'accord, ce dernier allant de la prévention à la sanction.

AccorInvest s’engage à s’assurer « auprès des entreprises gérant ses établissements que ses clients et clientes sont informés, par tous moyens, de la politique de tolérance zéro du harcèlement sexuel et que des mesures pourront être prises à leur encontre, au-delà de celles prévues par la loi, dont l'expulsion, à la suite d'une plainte de harcèlement sexuel portée par un travailleur, une travailleuse, un client ou une cliente. »

L'évaluation des progrès vers la mise en œuvre de l'accord sera réalisée conjointement sur une base régulière.

Il s'agit du premier accord à ce sujet signé par l'UITA après l'adoption de la Convention 190 de l'OIT concernant l'élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail en juin dernier. Cette Convention reconnaît explicitement la nécessité de protéger les travailleurs-euses de la violence et du harcèlement commis par les tiers, dont les client-e-s et prestataires de service.

AccorInvest est le plus grand gestionnaire des hôtels de la marque Accor détenant quelque 900 hôtels dans le monde entier, de par un accord d'exclusivité. Cependant, dans le futur, il est probable qu'AccorInvest détienne des hôtels faisant partie d'autres marques.

« Des études montrent que le harcèlement sexuel est endémique dans le secteur hôtelier. La reconnaissance par AccorInvest que des résultats meilleurs seront atteints grâce au travail conjoint est très importante » précise la Secrétaire générale de l'UITA, Sue Longley.

Pour le Directeur général d'AccorInvest « Il est important pour le Groupe, en tant qu'investisseur et propriétaire exploitant de premier ordre, de se positionner explicitement sur ce sujet, ce qui entre absolument en cohérence avec notre politique Éthique et Responsabilité sociale. Cet engagement est facteur de progrès social et d'amélioration des conditions de travail de nos employé-e-s. »

Cliquez ici pour lire l'accord en français et en anglais (version originale)