UITA / Nouvelles de l'UITA sur les Femmes au travail

Célébration de 8 mars au Niger

UITA Niger 2011.JPG


Les membres du comité Femmes l'UITA au Niger se sont réunies toute la journée de 8 mars pour approfondir leur connaissance du projet d'une convention pour les travailleurs/euses domestiques, discuter l'accès égale à l'éducation et s'informer sur la situation de leurs camarades au Zimbabwe. Lisez ci-après le discour prononcé par la coordinatrice nationale des femmes UITA, la camarade Ramatou Maman Ali, et la recommendation relative au projet de convention internationale de l’OIT que le comité Femmes a élaboré:


"A l’instar de la communauté internationale, nous militantes et leaders syndicaux membres du comité national des femmes de l’UITA célébrons aujourd’hui la trente cinquième journée mondiale de la femme, telle qu’officialisée en 1977 par les Nations Unies en reconnaissance des longues luttes menées par les femmes à travers le monde pour la reconnaissance de leurs droits civiques et humains tout court.
Partout à travers le monde, les femmes regroupées au sein de leurs organisations fêtent à grande pompe cette journée ; c’est pourquoi notre structure ne saurait rester à la traîne.
Notre organisation, l’UITA mobilise les travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie restauration, du tabac et des branches connexes, des secteurs d’activités ou, le modernisme côtoie l’informel.
L’UITA a pour buts de promouvoir les droits syndicaux, la paix basée sur la justice sociale, d’aider les organisations affiliées à mieux défendre les intérêts de leurs membres et d’aider les travailleurs en difficultés.
Elle a pour mission de représenter ses membres dans toutes les organisations internationales telles que L’OIT, de faire circuler l’information entre les membres et de cultiver la solidarité syndicale.
C’est pourquoi, l’UITA a lancé une campagne mondiale qui vise à impliquer le maximum de femmes dans les activités syndicales pour leur permettre d’obtenir de meilleures conditions de travail, d’avantages de droits et de parfaites conditions d’égalité avec leurs collègues hommes.
Cette année, l’accent est surtout mis sur la protection et la promotion des droits des travailleurs et travailleuses domestiques, cette grande masse de travailleurs silencieux, tapis dans nos domiciles, obéissant au doigt et à l’œil d’employeurs peut soucieux de leurs conditions humaines.
L’occasion sera donnée cette année aux représentants des états et des organisations de travailleurs pour enfin légiférer en faveur des travailleurs domestiques à la session annuelle de l’organisation Internationale du Travail de juin 2011. Nous osons croire que personne ne fera obstacle à l’adoption de la convention au nom de la justice sociale et de la paix universelle.
Pendant que nous célébrons cette journée, renouvelons notre engagement et notre détermination de défendre la dignité humaine et le droit de toutes et de tous à travers un travail décent.
Nous devons associer nos forces avec les autres organisations de la société civile pour faire progresser l’autonomisation des femmes en vue d’atteindre les objectifs du millénaire pour le développement.
En ce moment solennel ou je m’adresse à vous, beaucoup de camarades sont honteusement privés de leurs droits fondamentaux ; ma pensée va à l’endroit de la camarade Gertrude Hambira, secrétaire générale du syndicat des travailleurs de l’agriculture du Zimbabwe, contrainte à l’exil depuis plus d’un an pour avoir protesté contre des arrestations arbitraires de syndicalistes ; quelle trouve ici le soutien inconditionnel des femmes du Niger.
En avant pour la promotion de la femme !
Vive la solidarité syndicale internationale !
Vive les femmes !"

Recommandation relative au projet de convention internationale de l’OIT pour les travailleurs/euses domestiques-
- Considérant la déclaration universelle des droits de l’Homme,
- Considérant les conventions No 87, 98, 100, 111, 105, 29, 138 et 182 de l’OIT,
- Considérant la déclaration de L’OIT sur le travail décent,
- Vu que les conditions de vie et travail des employés et employées domestiques partout dans le monde s’assimilent à une nouvelle forme d’esclavagisme,
 Nous ; participantes et participants à la célébration de la journée mondiale de la femme édition 2011, recommandons aux délégués des travailleurs, des employeurs et de l’état du Niger, participants à la 100ème conférence Internationale du travail de juin 2011, de soutenir vivement l’adoption de ladite convention, en faveur des travailleurs et travailleuses domestiques.
Fait à Niamey, le 8 mars 2011.