UITA / Nouvelles de l'UITA sur les Femmes au travail

En sécurité à la maison, comme au travail

En 2010, le gouvernement australien a adopté le Plan national contre la violence à l’égard des femmes et des enfants 2010-2022. Le plan prévoit des mesures de prévention et de soutien et des "moyens créatifs pour faciliter le changement».

Le Comité des femmes du Conseil des syndicats australiens, l’ACTU, participe activement à la lutte contre la violence domestique, dont des centaines de milliers de femmes sont victimes chaque année. Le Comité des femmes encourage les syndicats à sensibiliser à propos de la violence domestique et à l’affronter comme s’il s’agissait d’une question de négociation collective. L’ACTU s’est également prononcé en faveur d’une loi qui fasse de la violence domestique une question syndicale.

Le texte suivant est extrait d'un dépliant de l’ACTU, qui comprend également les coordonnées pour demander de l’aide:

Nous voulons que tu sois en sécurité à la maison, comme au travail.
La santé, la sécurité et l'emploi sont des questions syndicales. Lors d’une récente enquête nationale auprès des membres d'un certain nombre de syndicats, près d'un tiers ont déclaré avoir subi la violence domestique. Pour la moitié de ces travailleuses, la violence a eu une incidence sur leur capacité de travail. La violence suit une femme sur cinq au travail. Elle a un effet sur son rendement au travail et met sa sécurité et son travail en danger.
Il est de la plus haute importance que les travailleuses soient en sécurité aussi bien au travail qu’à la maison, afin qu'elles disposent de la sécurité économique qui leur permet de s’éloigner de l'abus. C'est pour cela que notre syndicat veut des lieux de travail sûrs, où les travailleuses se sentent assez en confiance pour parler ouvertement et recevoir un soutien lorsqu’elles sont victimes de la violence domestique.

Mais qu’est-ce que la violence domestique ou conjugale?
La violence domestique ou conjugale est un abus de pouvoir. Elle peut prendre des formes diverses, comme l'intimidation, l’asservissement, l'isolement et toute sorte d’abus émotionnels, physiques, sexuels, financiers ou spirituels. Si vous avez peur de votre partenaire, de votre ex, ou d’un membre de la famille, vous êtes peut-être victime de violence domestique ou conjugale. Au fil du temps, la violence domestique a tendance à augmenter, et à devenir toujours plus fréquente et toujours plus grave.

Vos nouveaux droits au travail face à la violence domestique
Pour contribuer à votre sécurité, et pour minimiser les effets négatifs de la violence domestique, certains syndicats et employeurs sont arrivés à un accord et ont convenu d'un ensemble de conditions dans lesquelles les travailleuses ont le droit à des congés payés pour se rendre au tribunal, à un rendez-vous avec leur banquière, à l'école de leurs enfants, voir leur conseillère ou toute autre chose que l’on peut avoir à faire en temps de crise. Ces conditions prévoient le respect de la confidentialité et empêchent qu’elle soit traitée moins favorablement si elle parle de sa situation dans son lieu de travail.

Que puis-je faire si je suis victime de violence domestique ou conjugale?
• Pour vous protéger, nous vous recommandons d’obtenir un ordre de protection contre la violence conjugale.
• L’ordre de protection est un arrêt d’un tribunal ou un ordre de police, qui a pour but de limiter les écarts de comportement de la personne violente. Il ne s’agit pas d’une inculpation pénale et il ne figurera dans le casier judiciaire de la personne violente que si elle le viole. L’ordre ne vous impose pas de mettre fin à votre relation avec la personne violente.

• Les dispositions prévues par l’ordre peuvent être modulées en fonction de votre situation. Ainsi, si, par exemple, la personne violente vous harcèle au travail, vous pouvez obtenir un ordre qui pourrait l’empêcher de se rendre sur votre lieu de travail ou de vous y approcher. Un ordre de protection vous aide à retrouver votre autonomie et vous protège contre de nouveaux actes de violence.

• L’ordre peut servir de justificatif si votre employeur a besoin de preuves que vous êtes victime de violence domestique. En vous protégeant, l'ordre protège également vos collègues de travail.

• Demandez à votre délégué syndical, à votre superviseur, aux RH ou à votre employeur de quelle manière on peut vous aider à être en sécurité sur votre lieu de travail.

J'ai dû prendre de nombreux congés maladie et, quand je les ai épuisés, j’ai puisé dans mes vacances pour gérer les effets d'un partenaire violent. J’ai cru que j'allais perdre mon emploi. La crainte de perdre mon travail rendait les problèmes émotionnels et juridiques encore plus stressants qu’ils ne l'étaient déjà. Le fait d’avoir perdu tous mes congés maladie et une grande partie de mes vacances ajoute encore au stress. E-mail anonyme au Syndicat australien des services.