Publié : 09/11/2022

Chaque année depuis 2014, l'UITA, avec ses affiliés, organise des journées d'action pour les travailleurs de la restauration rapide afin de mettre en lumière la lutte en cours pour construire le pouvoir syndical dans le secteur. La semaine prochaine marque la toute première semaine d'action mondiale pour les travailleurs de la restauration rapide !

  • Afin d'améliorer les conditions de travail de tous les travailleurs, nous devons nous asseoir à la table des négociations. C'est pourquoi la Semaine mondiale d'action pour les travailleurs de la restauration rapide, qui se déroulera la semaine prochaine (du 14 au 20 novembre), sera axée sur un appel à la syndicalisation et à la fin du démantèlement syndical généralisé dans le secteur.
  • Lorsque les syndicats affiliés à l'UITA des travailleurs de la restauration rapide se sont réunis à Genève au début de l'année, l'objectif était clair : étendre la campagne mondiale pour garantir des lieux de travail sûrs à tous les travailleurs de la restauration rapide, ce qui est désormais un principe et un droit fondamental au travail selon l'OIT.
  • Les travailleurs de Starbucks aux États-Unis ont remporté plus de 250 élections syndicales dans tout le pays, malgré une forte résistance de l'entreprise ; pour ne citer qu'un exemple : plus de 120 travailleurs ont été licenciés en raison de leur activité syndicale.

Nabretta Hardin, militante syndicale et travailleuse de Starbucks aux États-Unis, a déclaré : "Nous voulons un syndicat parce que nous voulons avoir notre mot à dire lorsque l'entreprise prévoit d'ajouter ou de retirer des éléments qui affectent notre gagne-pain. Nous exigeons le respect et méritons d'être entendus par une entreprise pour laquelle nous travaillons si dur."

Nous voulons un syndicat parce que nous voulons avoir notre mot à dire lorsque l'entreprise envisage d'ajouter ou de retirer des éléments qui affectent notre gagne-pain. Nous exigeons le respect et méritons d'être entendus par une entreprise pour laquelle nous travaillons si dur.
Nabretta Hardin, militante syndicale et travailleuse de Starbucks aux États-Unis