Publié : 14/11/2022

Note du secrétaire général de l'UITA Sue Longley: Nous sommes reconnaissants pour le soutien massif des affiliés de l'UITA à notre Fonds de solidarité pour l'Ukraine. Alors que nous espérons ardemment le retour rapide de la paix, nous renouvelons notre appel aux contributions au Fonds de solidarité. Pour plus d'informations, veuillez contacter : [email protected]

Lutter pour la liberté en Ukraine

Nous sommes dans le neuvième mois de la résistance héroïque du peuple ukrainien à l'agression militaire russe. Nous payons un prix énorme pour notre liberté et notre indépendance, ainsi que pour la paix et les valeurs démocratiques de chaque nation en Europe et dans le monde.

L'État terroriste russe ne se contente pas de tuer des civils la nuit avec des missiles de différents calibres et des drones kamikazes iraniens, mais à l'approche de l'hiver, il détruit délibérément les infrastructures, les centrales thermiques et les systèmes énergétiques. 40 % ont déjà été détruits ; aujourd'hui, Kiev et d'autres grandes villes sont privées de lumière et de chaleur. Les pannes sont programmées et imprévues, parfois jusqu'à 12 heures par jour.

On ne peut appeler cela autrement qu'un génocide du peuple ukrainien, alors que sur les médias sociaux, ces terroristes se réjouissent de leurs succès et demandent que l'Ukraine et son peuple soient rayés de la surface de la terre.

Nous pensons que l'État terroriste doit être isolé du monde civilisé. Les syndicats d'un tel pays n'ont pas leur place parmi les syndicats démocratiques civilisés.

La situation des travailleurs en Ukraine est extrêmement difficile. Le chômage devrait atteindre 30 % d'ici la fin de l'année et pourrait encore augmenter l'année prochaine. De plus, le chômage en Ukraine a aujourd'hui un visage féminin, puisque 63% des chômeurs officiellement enregistrés sont des femmes, dont la plupart ont entre 35 et 45 ans.

Ce n'est pas non plus la meilleure situation pour les travailleurs des secteurs agroalimentaires. Plus de 30% des champs ont été laissés en friche. Dans les territoires occupés, les pilleurs russes ont volé et emporté tous les stocks de céréales et même les machines agricoles. Et ce pillage continue encore aujourd'hui en bloquant les corridors céréaliers.

Malgré les opérations militaires, de nombreuses fermes et de nombreux agriculteurs ont travaillé pendant toute la saison : sous le feu de l'ennemi, ils sont entrés dans les champs, ont semé, récolté et traité leurs cultures, mais ils ne peuvent maintenant pas vendre leur récolte, car les commerçants ont réduit les prix d'achat des céréales à des niveaux ridicules, qui ne couvrent même pas les dépenses liées aux cultures (carburant, engrais et autres dépenses). Malheureusement, de nombreux travailleurs n'ont pas encore reçu leur salaire.

En outre, un taux d'inflation rapide de près de 25 % augmente fortement le coût de la vie, détruisant les garanties de salaire minimum et le niveau de vie des travailleurs.

Dans ces conditions difficiles, l'État ukrainien soutient que les syndicats n'ont pas le droit de manifester pendant la guerre, continue à adopter des lois qui dégradent fortement les droits des travailleurs et détruisent le rôle des syndicats, le dialogue social et la réglementation collective et contractuelle des relations de travail. Tout en proclamant une orientation vers l'intégration européenne, les conventions fondamentales de l'OIT sont violées avec abandon.

En outre, le gouvernement ukrainien, dans le cadre de la loi martiale, déploie d'importants efforts pour vendre les terres agricoles, ce qui entraîne déjà la faillite des petites entreprises et des agriculteurs, la spoliation des terres et leur concentration dans la gestion de grandes exploitations, ce qui entraînera une augmentation significative du chômage rural.

Et ce ne sont pas là tous les plans de notre gouvernement pendant cette guerre sanglante. Ils ont décidé de privatiser les forêts (jusqu'à 100 hectares de forêts peuvent être donnés pour une utilisation illimitée pendant 20 ans avec une option de rachat ultérieur). Les villageois et les habitants des petites villes n'auront plus accès aux ressources naturelles qui, selon la Constitution, appartiennent au peuple ukrainien.

C'est pourquoi nous avons besoin de la solidarité de toutes les fédérations syndicales mondiales. Je tiens à remercier sincèrement l'UITA ainsi que le président et le secrétaire général pour le soutien constant des syndicats en Ukraine dans notre lutte pour les droits des travailleurs et des syndicats. Je tiens également à vous remercier tous, chers frères et sœurs, pour votre soutien, y compris l'aide humanitaire et financière.

Nous demandons instamment aux multinationales de ne pas opérer sur le marché russe et de ne pas soutenir les entreprises qui profitent du sang du peuple ukrainien.

Nous allons certainement gagner, et ce sera une victoire commune sur le mal et la barbarie qui n'a pas sa place dans le monde civilisé.

Gloire au mouvement syndical ! Je suis sûr que nous vous retrouverons un jour prochain dans une Ukraine libre et indépendante !

Gloire au mouvement syndical ! Je suis sûr que nous vous retrouverons un jour prochain dans une Ukraine libre et indépendante !