Agissez maintenant !

La société Coca-Cola abuse d'une urgence sanitaire nationale aux Philippines pour attaquer les droits des travailleurs !

Sélectionnez la langue :
Sélectionner la langue
  • Anglais
  • Deutsch
  • Español
  • Français
  • Русский
  • Skandinaviska

La direction de Coca-Cola aux Philippines profite de l'urgence liée au coronavirus pour attaquer les dirigeants syndicaux de la FCCU-SENTRO, affiliée à l'UITA, et intimider leurs membres par des licenciements, des procédures disciplinaires et l'utilisation du pouvoir de la police.

Alors que les travailleurs doivent faire face à des mesures de confinement strictes et à une pandémie mortelle, l'entreprise a ordonné aux travailleurs soupçonnés d'être exposés au COVID-19 de s'auto-quarantiner sans salaire. Les travailleurs de l'usine Coca-Cola de San Fernando, dans la province de Pampanga, profondément préoccupés par le risque d'infection suite au décès d'un proche parent d'un travailleur de l'usine qui avait été exposé, ont tenu une réunion syndicale d'urgence dans le vestiaire le 28 mars. Les dirigeants syndicaux ont exhorté les travailleurs à se conformer aux recommandations du gouvernement et à rester chez eux s'ils craignaient d'être exposés ou de contaminer d'autres personnes, en précisant qu'ils respecteraient les décisions individuelles des travailleurs.

La direction a riposté les 6 et 8 avril en prenant des mesures disciplinaires à l'encontre de 7 dirigeants et membres du syndicat dans les usines de San Fernando et de Canlubang, dont Alfredo Marañon, Belarmino Tulabut et Danilo Pineda, les accusant de "sabotage économique". Les trois dirigeants ont été licenciés le 8 mai. Le secrétaire général de la FCCU-SENTRO, Brendo Enriquez, a écrit à la direction de Coke le 18 mai pour protester contre les licenciements et partager la communication avec ses membres et l'UITA. Il a fait l'objet de mesures disciplinaires et risque d'être licencié. La direction a également fait appel à la police pour disperser une manifestation pacifique de travailleurs protestant contre le licenciement de leurs dirigeants syndicaux le 9 juin. Les travailleurs protestataires portaient des masques, respectaient la distance sociale et avaient convenu des procédures avec la police locale.

Les activités de Coca-Cola aux Philippines sont détenues à 100 % par The Coca-Cola Company à Atlanta, aux États-Unis. La responsabilité des intimidations, des licenciements et des menaces à l'encontre de notre affilié et de ses membres incombe entièrement à la société Coca-Cola.

Les représentants syndicaux qui affirment le droit de leurs membres à un lieu de travail sûr ne commettent pas de "sabotage économique". Les syndicats ont le droit de communiquer avec leurs membres et avec l'UITA et le droit de se réunir et de protester pacifiquement.

Signez la pétition ci-dessous pour envoyer un message à la société Coca-Cola. Coca-Cola ne peut pas abuser d'une urgence de santé publique pour s'attaquer aux droits humains fondamentaux !

21 partisans

Coca-Cola

Partager cette pétition
Date de mise à jour : 13-Apr-2024 / Statut : actif