Home

Allemagne : soutien des syndicats aux livreurs de repas qui luttent pour leur droits dans l’« économie de plate-forme »

12 April 2018 News
Version imprimable

Le syndicat allemand des travailleurs de l’agroalimentaire et assimilés (NGG) soutient pleinement les coursiers à vélo qui luttent pour leurs droits auprès des « plates-formes » de livraison Foodora et Deliveroo, qui, à elles deux, comptent plus de 4 000 employé-e-s dans des dizaines de villes.

L’an dernier, les employé-e-s Foodora de Cologne ont rejoint le syndicat NGG et créé un comité d’entreprise. Les employé-e-s de Deliveroo leur ont emboîté le pas en février 2018. Les coursier-e-s sont en CDD ou employé-e-s fallacieusement sous le statut de travailleur indépendant. Ils et elles sont contraint-e-s de prendre en charge eux-mêmes leur couverture maladie, leur assurance contre les accidents ainsi que le coût de leurs vélos et de leur équipement de sécurité, ce qui fait passer leur salaire horaire en deçà du salaire minimum national. Ils et elles ne sont pas payé-e-s pour le temps d’attente et ne reçoivent aucun dédommagement pour les accidents du travail. Les entreprises ont réagi à l’organisation de leurs employé-e-s en réduisant le nombre de coursier-e-s employé-e-s directement et en entravant le bon fonctionnement du comité d’entreprise, entre autres en refusant de renouveler les contrats des syndicalistes.

Une journée nationale d’action contre l’exploitation, le travail précaire et le démantèlement syndical est prévue le 13 avril chez Deliveroo.

Deliveroo2