Home

Atelier de l’UITA sur le changement climatique : Garantir des emplois sûrs et stables implique d’agir face au réchauffement planétaire

21 May 2019 News
Version imprimable

Le rôle et les responsabilités des syndicats des secteurs de l’agriculture, de la viande et des produits laitiers face au réchauffement climatique a été au centre des discussions des participant-e-s, de 18 pays, à l’atelier sur le changement climatique accueilli par l’affiliée nord-américaine UFCW à Omaha, Nebraska, les 6 et 7 mai 2019. Ces industries figurent parmi les principaux responsables du changement climatique et les travailleurs-euses sont confronté-e-s à des défis majeurs concernant les bases des modes de production et l’avenir de l’emploi.
Les participant-e-s ont convenu qu’il était nécessaire de fortement réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) pour garantir des emplois durables dans les secteurs agricole, carné et laitier et que les syndicats doivent commencer à s’organiser dans la perspective d’une transition vers une production durable qui garantisse les droits, les moyens de subsistance et la pérennité des communautés. L’atelier a en particulier porté sur la contribution de l’élevage intensif au changement climatique. La part de l’agriculture dans les émissions de GES s’élève à 40 pour cent environ des émissions totales, principalement en raison de la production carnée et laitière. Les monocultures intensives, une surproduction subventionnée, l’utilisation d’engrais de synthèse et de pesticides dangereux et les accords sur le commerce et l’investissement qui servent les intérêts des transnationales agroalimentaires sont les fondations d’un système qui prive les travailleurs-euses de l’agriculture de leurs droits fondamentaux et qui condamne des millions de personnes à la pauvreté. Dans le même temps, ce système destructeur aux plans social et environnemental fournit des emplois aux travailleurs-euses de la transformation de la viande et des produits laitiers.

Les participant-e-s à l’atelier ont également convenu qu’il fallait négocier de nouvelles formes d’emploi et une évolution des méthodes de production pour garantir les droits et les intérêts futurs des travailleurs-euses de la viande et des produits laitiers. Il faudra à cette fin développer des ressources pédagogiques et en communication à l’intention des affiliées et de leurs membres, ainsi que des dispositions devant être inclues dans les négociations collectives et prévoyant une transition équitable vers des emplois respectueux du climat. 

Une politique de l’UITA relative au climat sera intégrée aux activités en défense de la démocratie, du droit à l’alimentation et des droits fondamentaux au travail. L’UITA identifiera des alliés avec lesquels lutter en faveur d’une production respectueuse du climat et s’efforcera de coopérer avec le mouvement en plein essor des jeunes qui demandent un monde plus juste et durable.

Il est prévu que les travaux sur le changement climatique dans les autres secteurs de l’UITA soient réalisés de façon à mettre au point un programme de travail et une politique climatique tangible et cohérente pour l’ensemble de l’UITA.