Home

La lutte pour une Convention de l’OIT pour les travailleuses domestiques entre dans sa phase finale – et a besoin de votre appui

7 March 2011 News
Version imprimable

Les dernières discussions sur une Convention de l’OIT sur les travailleuses domestiques se dérouleront du 1er au 17 juin à la Conférence internationale du travail à Genève – et l’action syndicale est cruciale pour assurer l’adoption d’un instrument fort. Bien que des batailles importantes aient été remportées dans les discussions tenues l'an dernier, l’essence du projet de Convention – offrir aux travailleuses domestiques des droits égaux à ceux des autres travailleurs/euses – a été contestée par les employeurs et certains gouvernements, incluant l’UE.

Les questions à l’enjeu comprennent la réglementation des heures de travail, la rémunération (abandon du paiement en nature), la santé et la sécurité, l’accès à la sécurité sociale, les droits à la maternité et un contrôle plus strict des agences de placement.

Le Groupe de travailleurs de l’OIT aura besoin de l’appui d’une majorité de gouvernements pour faire en sorte qu’une convention forte assure à ces travailleuses la reconnaissance des droits syndicaux et humains attendue depuis trop longtemps.

La pression syndicale internationale est cruciale. Les syndicalistes peuvent agir pour faire en sorte que leurs centrales nationales soient bien informées des revendications des travailleuses domestiques (voir le Cahier de revendications) et que leur gouvernement vote en faveur d’une convention reconnaissant aux travailleuses domestiques les mêmes droits fondamentaux que les autres travailleurs/euses.

Vous pourrez trouver la position de votre gouvernement, de votre organisation d’employeur et de votre centrale syndicale dans le « rapport bleu » (Rapport IV (A)) de l’OIT (en anglais seulement), qui contient des commentaires sur les conclusions des discussions de 2010. Les textes proposés pour la Convention et la Recommandation, qui formeront la base des discussions de juin 2011, sont disponibles ici sur le site Web de l’OIT, dans une version bilingue (anglais/français).