Home

Les employés/ées de l'hôtellerie de Seattle gagnent une protection accrue contre le harcèlement sexuel et les blessures sur le lieu de travail

23 January 2017 News
Printer-friendly version

Yeson124Le 8 novembre dernier, les électeurs/trices de la ville de Seattle aux États-Unis ont approuvé en masse une mesure électorale accordant aux employés/ées de l'hôtellerie d'importantes nouvelles protections contre le harcèlement sexuel et les blessures sur le lieu de travail. L'initiative YES on 124 oblige les hôteliers à fournir aux employés/ées un dispositif d'alarme d'urgence afin que ceux-ci puissent appeler à l'aide s'ils se font harceler par un client. Cette même initiative exige des hôteliers de tenir un registre des accusations de harcèlement et d'agressions commis par les clients, et d'interdire l'accès à leur établissement à ces derniers pour une durée de 3 ans. Les hôtels devront également afficher un panneau avec pour en-tête « La Loi protège le personnel de chambre ainsi que les autres employés/ées de l'hôtel des agressions violentes et du harcèlement sexuel », suivi d'un extrait de cette loi et d'une mention expliquant que l'hôtel fournit à ses employés/ées des dispositifs d'urgence.

Les hôtels devront également financer l'assurance maladie de leurs employés/ées en sus de leur salaire, et limiter la charge de travail du personnel de chambre en fonction des horaires de travail afin d'éviter les blessures. D'autres dispositions garantissent la sécurité de l'emploi en permettant aux employés/ées de conserver leur emploi en cas de changement de propriétaire ou de direction.

L'initiative 124 (texte intégral ici, en anglais), qui a été approuvée par 77% des électeurs de Seattle, a été soutenue par le Local 8 de UNITE HERE entre autres syndicats, ainsi que par une vaste coalition d'ONG et de groupes de défense des droits civiques.